Ouvrages

Cet ouvrage a été édité en hommage à Francis Favereau, professeur des universités en retraite après une vie professionnelle active, riche et fructueuse. Francis Favereau jouit d’une grande renommée en Bretagne et ailleurs, notamment en raison de son apprétit de découverte, d’échanges et grâce à sa force de travail. Il est l’auteur d’un dictionnaire breton-français/français-breton qui nourrit et aide à l’enrichissement de la pratique linguistique de milliers de bretonnants.

Ronan Le Coadic (éd.) (2018). Francis Favereau : mélanges en hommage au passeur de mémoire, Skol Vreizh, 632 p.

Quelles sont les relations entre migrations et identité ? Tel est l’objet du présent livre qui, après une première partie théorique, est consacré au cas breton. Pourquoi étudier les migrations bretonnes ? Parce que, curieusement – alors que, depuis le XIXe siècle, des centaines de milliers de Bretons ont migré vers Paris, la France et le monde –, peu de travaux scientifiques leur ont été consacrés.

Ronan Le Coadic, Aurélie Épron (éd.) (2017). Bretagne, migrations et identité, Presses Universitaires de Rennes, 388 p.

Cet ouvrage rassemble les conférences proposées lors du colloque « Minorités & mondialisation ». « Comment se penser en tant que Breton, Yakoute ou Catalan par rapport à un espace plus vaste et dominant ? » était la question au cœur des débats.

Ronan Le Coadic (éd.) (2016). Minorités & mondialisation, BCD-Ermine, 192 p.

Les vidéos des conférences du colloque sont consultables ici :
Colloque Minorités & mondialisation – 2014

Peut-on envisager quelque élément de comparaison ou de mise en écho entre le destin des Bretons, des Antillais, des Africains ou des Noirs de France, ou n’y a-t-il rien de commun ? Ce livre évoque les engagements, les politiques et les représentations liées à la domination et à la colonisation. Il aborde les formes de résistance à la domination. Il étudie ensuite la façon dont les dominés se pensent et dont, parfois, leurs discours se croisent. Enfin, il élargit l’horizon en traitant de la façon dont les questions de minorités dans le monde sont conceptualisées.

Ronan Le Coadic, Aurélie Épron (éd.) (2013). De la domination à la reconnaissance. Antilles, Afrique et Bretagne, Presses Universitaires de Rennes, 372 p.

Le breton du Goëllo — employé dans la région de Paimpol —  est vraisemblablement le dialecte le moins connu de la langue bretonne. Cet ouvrage est la version revue, augmentée, et traduite en breton d’une étude réalisée en français au début des années 1980.

Ronan Le Coadic (2010). Brezhoneg Goueloù, An Alarc’h Embannadurioù, 150 p. (breton)

Cet ouvrage propose des apports théoriques destinés à concevoir la place des minorités. Il offre quatre études de cas relatives aux Basques et Catalans, aux Kabyles, aux Tatars et Bachkirs et aux Indiens d’Amérique du Sud. Il se penche également sur le cas de la Bretagne contemporaine, que les apports théoriques puis le détour par l’étude d’exemples étrangers viendront éclairer d’un jour nouveau.

Ronan Le Coadic (éd.) (2009). Bretons, Indiens, Kabyles… Des minorités nationales ?, Presses Universitaires de Rennes, 280 p.

Les sociétés démocratiques doivent traiter leurs membres comme des égaux mais, en pratique, cela s’est traduit pendant des siècles par une négation des différences. Quelle place faire aux groupes minoritaires qui souhaitent que leur identité soit reconnue et préservée ? En d’autres termes, comment combiner identités et société ?

Ronan Le Coadic (éd.) (2007). Identités et Société, de Plougastel à Okinawa, Presses Universitaires de Rennes, 378 p.

.

Les sociétés démocratiques doivent traiter leurs membres comme des égaux mais, en pratique, cela s’est traduit pendant des siècles par une négation des différences. Quelle place faire aux groupes minoritaires qui souhaitent que leur identité soit reconnue et préservée ? En d’autres termes, comment combiner identités et société ?

Ronan Le Coadic (éd.) (2007). Débats sur l’identité et le multiculturalisme – Диалоги oб идентиунoсти и мультикультурализме, Institut d’ethnologie et d’anthropologie, Académie des sciences de Russie (Moscou), 328 p.

Première – et seule – œuvre complète d’un écrivain de langue bretonne à avoir été publiée à ce jour. Éditée une première fois en 1999 à 1 000 exemplaires, elle a été épuisée en quelques mois et rééditée en 2005.
L’ouvrage réunit en un seul volume tous les écrits d’Anjela Duval, deux cents photos, vingt articles de fond, une
trentaine de traductions en diverses langues étrangères, etc. Soit un total de 1 286 pages de texte et de 48 pages de photos.

Ronan Le Coadic (éd.) (2005 et 1999). Anjela Duval. Oberenn glok, 1re et 2e éditions, Mignoned Anjela, 1286 p.

La Bretagne existe, c’est une évidence. Mais qu’est-ce qui la fait exister ? Certains la voient comme un espace naturel, d’autres comme une entité culturelle, d’autres encore comme une unité administrative et politique. On doit donc se demander quels sont les différents éléments qui fondent l’identité de la Bretagne ? Quelle place y tiennent l’histoire, la langue, l’espace ? Comment cette identité s’inscrit-elle dans les enjeux contemporains ? Enfin, est-elle porteuse de projets pour l’avenir ?

Ronan Le Coadic, Nathalie Dugalès, Fabrice Patez (dir.) (2004). Et la Bretagne ? Héritage, Identité, Projets, Presses Universitaires de Rennes, 264 p.

Quel est le sens de l’élan de revalorisation identitaire que connaît la Bretagne depuis les années 1990 ? Vers quoi ce mouvement d’opinion tend-il et quelles sont les valeurs que ses acteurs lui associent, dans un monde marqué par la globalité ? Pour le savoir, l’auteur a procédé à des entretiens approfondis auprès d’un échantillon varié de Bretons. Il leur a demandé d’imaginer la Bretagne dans vingt ans. Le résultat qui en ressort est complexe : la société bretonne, loin d’être homogène, est traversée de courants contradictoires, qui s’opposent sur la plupart des grandes questions contemporaines.

Texte entier

Ronan Le Coadic (2004). La Bretagne dans 20 ans, Éd. Le Télégramme (épuisé), 142 p.

Comment comprendre que, d’un côté, le monde se globalise et que, de l’autre, il semble se fragmenter sous l’effet de poussées identitaires de toutes sortes ? La mondialisation provoque-t-elle de l’uniformisation ou de la différenciation ? La poussée des identités met-elle en cause la démocratie ? Constitue-t-elle un refus de solidarité envers autrui, voire une forme de racisme ?

Ronan Le Coadic (éd.) (2003). Identités et démocratie, Presses Universitaires de Rennes, 416 p.

Comment comprendre la vigueur du renouveau culturel breton des années 1990 et simultanément la faiblesse de l’expression politique de la singularité bretonne ? Est-il judicieux de réduire la spécificité bretonne à la langue et à la culture ? Les Bretons, après avoir réévalué leur identité, vont-ils passer de l’émotion à la réflexion ? Vont-ils oser affirmer leur existence dans un monde en mutation ? Finalement, pourquoi être breton aujourd’hui : n’est-ce pas par humanisme ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles ce livre invite à réfléchir.

Texte entier

Ronan Le Coadic (2002). Bretagne, le fruit défendu ?, Presses Universitaires de Rennes, 192 p.

Recueil de cent poèmes en langue bretonne écrits par Anjela Duval, pour la plupart à la fin de sa vie. L’ouvrage comprend également une préface d’Ivona Martin, une chronologie de la vie et de l’œuvre de la poétesse bretonne, des notes explicatives, une bibliographie et un index alphabétique des poèmes.

Ronan Le Coadic (éd.) (1998). Stourm a ran war bep tachenn, Mignoned Anjela, 184 p.

Commentaire de l’éditeur :
Que disent les Bretons d’eux-mêmes ? Comment se définissent-ils ? Comment voient-ils leur avenir ? Bref : comment peut-on être Breton à l’aube du IIIe millénaire ? Rédigé à partir d’une enquête approfondie et de nombreux entretiens, l’ambitieux ouvrage de R. Le Coadic constitue une contribution essentielle à la connaissance sociologique de la Bretagne d’aujourd’hui.

Texte entier
Ronan Le Coadic (1998). L’Identité bretonne, Éd. Terre de brume (épuisé), 480 p.

En Bretagne, autrefois, le communisme a su gagner à lui le cœur des paysans bretonnants du Trégor et de Haute Cornouaille. Le fait est d’autant plus surprenant que les agriculteurs sont généralement allergiques au communisme et que les campagnes bretonnes sont réputées très conservatrices. Alors, pourquoi ?

Texte entier
Ronan Le Coadic (1991). Campagnes rouges de Bretagne, Skol Vreizh (épuisé), 83 p.

Étude (rédigée en français) du breton du Goëllo, dialecte de langue bretonne employé dans la
région de Paimpol.

Texte entier
Ronan Le Coadic (1982). Brezhoneg Goelo, Centre Culturel Anjela Duval (épuisé), 124 p.